Busrides is in the beta phase of development. Regular site updates are made to enhance your experience!

Provide feedback

Les normes numériques du gouvernement du Canada

Transformation numérique 02-11-2019

Épisode 7

Passer de la parole aux actes numériques : Les normes numériques

Au cours des dernières décennies, le monde a subi des changements perturbateurs, causés notamment par la progression fulgurante des technologies numériques. Non seulement nos voitures nous écoutent, mais elles nous répondent. Nos banques approuvent des prêts hypothécaires en ligne en quelques minutes. Notre pizzeria favorite nous permet de suivre notre repas en temps réel, du four jusqu’au seuil de notre porte. Les répercussions de cette révolution sont à la fois incroyables et incontournables, et rien dans notre société n’est demeuré inchangé… Pas même le gouvernement.

En fait, ce monde révolu dans lequel nous vivons pose des défis bien réels pour les gouvernements de partout dans le monde. Bien qu’il ne faut pas nécessairement chercher à agir rapidement et tout bouleverser, nous ne pouvons pas nous permettre de rester immobiles. Le futur du numérique est à nos portes. Pour répondre aux attentes de nos citoyens, il nous faut délaisser notre réticence passive et adopter une attitude de mobilisation proactive.

Qu’est-ce que cela signifie exactement?

Premièrement, la révolution numérique est indissociable de la technologie qui la propulse. Il va donc de soi que les outils et les systèmes du gouvernement évoluent. Cette transformation aidera à ériger les piliers des technologies de l’information qui seront nécessaires pour fournir les services que la population canadienne s’attend de recevoir : des services simples, modernes et axés sur la technologie, disponibles partout et en tout temps, et ce, sur tous les appareils.

Pourtant, le gouvernement numérique ne se résume pas à la fibre optique ou à la modernisation des sites Web, ni à des algorithmes complexes ou à des applications tape-à-l’œil. En fait, de nombreux dirigeants du Gouvernement numérique soutiennent que la technologie n’en constitue même pas l’aspect principal.

Toutefois, le changement le plus important de cette révolution numérique est plutôt le nouveau regard qu’elle jette sur notre façon globale de gouverner. Pour assurer la réussite du numérique, il faut prévoir nos moindres gestes en fonction des besoins de ceux que nous servons, plutôt que de continuer à privilégier le confinement organisationnel et les convenances institutionnelles. Concrètement, il faut reconnaître que nous ignorons souvent ce que l’avenir nous réserve, et nous donner le droit et la marge de manœuvre pour échouer rapidement, corriger le tir et nous améliorer au fil du temps. Dès le départ, et non à la toute fin, il faut concevoir les services en pensant aux utilisateurs les plus difficiles à atteindre. Il faut voir les données que nous recueillons comme un atout et les gérer en conséquence. Il faut humblement admettre que nous n’avons pas toutes les réponses et que nous ne sommes pas seuls dans le monde de la prestation de services. Nous devons plutôt travailler de façon ouverte en tant qu’alliés numériques, forger des partenariats entre directions générales, ministères, administrations et secteurs, et tirer des leçons des réussites et des échecs de chacun.

Bref, pour réaliser la vision d’un gouvernement numérique, beaucoup d’entre nous devront changer substantiellement notre façon de travailler. Le chemin sera sans aucun doute périlleux, mais c’est tout de même celui qu’il faut emprunter. Les Canadiens méritent que nous fassions ces efforts.

Par où commencer?

Il faut d’abord s’entendre sur ce qui est « bien » en cette ère numérique; c’est là qu’entrent en jeu les normes numériques.

Comme leur nom l’indique, ces 10 énoncés évolutifs définissent comment le gouvernement devra agir à l’ère du numérique pour améliorer la prestation de ses services. Les normes, annoncées par le président du Conseil du Trésor et ministre du Gouvernement numérique en septembre 2018, s’inspirent de principes énoncés par des leaders nationaux et internationaux du numérique (voir par exemple les normes et principes numériques établis par les gouvernements britannique, américain, australien, néo-zélandais et ontarien), et adaptées de façon ouverte pour tenir compte du contexte canadien. Elles reposent notamment sur ces fondements : « concevoir avec les utilisateurs », « effectuer régulièrement des itérations » et « travailler ouvertement ». Ces principes ont pour but de nous aider à « gouverner différemment » en orientant nos actions selon une vision numérique commune. Concrètement, les normes serviront aussi à soupeser les options de prestation de services, à évaluer le rendement, à prendre des décisions et à prioriser les activités. Comme nos prédécesseurs l’ont constaté avant nous, ces normes habilitent les agents du changement de tous les niveaux qui doivent déjà composer avec cette réalité, tout en pavant la voie pour que tous puissent les adopter à l’avenir.

Assurer la transition du gouvernement vers le numérique est une tâche colossale. La bonne nouvelle, c’est qu’il s’agit de notre défi commun et que nous ne commençons pas les mains vides. Nombreux sont ceux qui, depuis des années, tracent la route du numérique en incarnant les principes véhiculés dans les normes numériques. Entre-temps, des initiatives comme l’Académie du numérique jettent les bases pour que chaque fonctionnaire puisse acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour aller de l’avant.

Le temps est venu pour tous de nous joindre à la révolution numérique du gouvernement. Alors, qui est avec moi?


Regardez la vidéo

Vidéo (YouTube) sur « Les normes numérique du GC ».


Apprenez-en plus sur les normes numériques

Entrevue inégrale: normes numériques

Normes numériques du GC

Guide numérique du GC

Service numérique du GC

La boîte à outil OICE

Une fonction publique numérique, selon Alex Benay