Busrides is in the beta phase of development. Regular site updates are made to enhance your experience!

Provide feedback

Partie 1 : Définir le télétravail

Transformation numérique 11-04-2019

Épisode 14

Travail à distance, travail à domicile, travail mobile et télétravail. Voilà différents termes qui ont tous le même sens, soit travailler avec des équipes où une ou plusieurs personnes travaillent à l’extérieur d’un bureau central.

Dans cet épisode, vous en apprendrez davantage sur :

  • les définitions du télétravail;
  • les politiques du gouvernement du Canada en matière de télétravail;
  • les difficultés liées au télétravail;
  • les événements à venir sur les équipes virtuelles; et
  • comment en apprendre davantage.

Lisette Sutherland, auteure de Work Together Anywhere (en anglais seulement), définit un télétravailleur comme quelqu’un qui « travaille à distance (généralement à domicile), dans une équipe fixe pour une entreprise ». Une équipe peut être partiellement distribuée, ce qui signifie que certains membres sont colocalisés (ils travaillent ensemble au même endroit) tandis que d’autres travaillent à distance, ou entièrement distribuée, ce qui signifie que tous les membres travaillent à distance. À un niveau plus spécifique, les politiques peuvent varier de travail à domicile à travail de n'importe où, c'est-à-dire que les modalités de travail à distance varient d'une équipe à l'autre. L’équipe responsable du contenu en ligne, à Bibliothèque et Archives Canada, a expérimenté cette approche d’équipe colocalisée pendant plusieurs mois, dans le cadre d’un projet pilote. L’expérience est concluante. Aujourd'hui, la quasi-totalité du personnel travaille à distance à temps partiel; nous discuterons plus en détail de ce projet pilote dans notre prochain épisode. Le Service numérique canadien est un autre exemple d’équipe entièrement distribuée.  Les propriétaires de produits et les équipes ont dû s’adapter au fait d’être ainsi dispersés. Le concept d’entièrement distribué est aussi la meilleure façon de décrire comment nous travaillons à l’Académie du numérique de École de la fonction publique du Canada (ÉFPC) : c’est à nous qu’il revient de décider où nous voulons travailler. Nous ne sommes liés à aucun bureau.

Des initiatives interministérielles qui visent à modifier notre façon de travailler sont également en cours : Milieu de travail GC est un mouvement qui favorise l’émergence des milieux de travail collectifs axés sur les activités (en anglais seulement) et veut renverser la tendance d’utilisation des bureaux personnels, tandis que cotravailGC sont des espaces de travail où tous les fonctionnaires peuvent s’y rendre et s’y connecter.

Les équipes à distance peuvent être situées à proximité, c’est-à-dire que les membres se situent à seulement quelques minutes en voiture ou être éloignées les uns des autres au point où une rencontre nécessite une planification sérieuse (sans parler des demandes de déplacement)! Le travail à distance pour acquis, comme l’affirme le responsable de l’Académie du Milieu de travail du GC, Frank Assu:

« Si vous ne pouvez pas travailler à distance, votre gestionnaire devrait avoir à en justifier la raison. » - Frank Assu

Le Secrétariat du Conseil du Trésor a jeté les bases du travail à distance, il y a 20 ans déjà, soit le 9 décembre 1999, par le biais de la Politique de Télétravail. La politique doit être appliquée au cas par cas par la direction, tout en reconnaissant les avantages des équipes virtuelles et en « encourageant les ministères à mettre en œuvre des ententes de télétravail lorsqu’il est possible de le faire tant sur les plans économiques et opérationnels, que d’une manière juste, équitable et transparente ».

Deux décennies plus tard, dans quelle mesure la politique est-elle appliquée dans l’ensemble du gouvernement du Canada? Les choses changent, quoique lentement : dans le SAFF de 2017, 7,8 % des répondants travaillaient à distance, par rapport à 5,9 % en 2008. Pour Frank Assu, « les personnes qui travaillent à distance sont encore minoritaires ». Par contre, un rapport de 2018 (en anglais seulement) a montré que la moitié de tous les employés canadiens travaillent à l’extérieur du bureau pendant la moitié de la semaine, tandis que 70 % travaillent à domicile une journée par semaine.

L’argument en faveur du travail à distance semble évident : moins de congestion sur les routes et les voies de transport en commun, un meilleur équilibre travail-vie personnelle, une plus grande souplesse pour les parents et les fournisseurs de soins, et une réduction des coûts de location, de services et d’équipement. De façon globale, le télétravail permet de rendre plus vaste la disponibilité des talents et de rendre la carrière au gouvernement plus attrayante. Le gouvernement est une option parmi tant d’autres : les organismes sans but lucratif, l’entrepreneuriat et le secteur privé. Bien que faire carrière au gouvernement fédéral ait déjà été une option très convoitée, l’intérêt de la nouvelle génération décroît (en anglais seulement). C’est une autre raison de considérer le travail à distance comme partie intégrante de notre arsenal de recrutement et de rétention.

Homme assis à son bureau à domicile, écrivant dans un cahier devant son ordinateur portable.

Le travail à distance est très important pour les quelques fonctionnaires qui adoptent cette façon de travailler, à tel point qu’ils renonceraient à une promotion pour maintenir ce mode de vie que leur permet le télétravail.

« Les gens sont plus heureux lorsqu’ils ont la confiance et l’autonomie nécessaires pour travailler de cette façon » - Alexandra Haggert, gestionnaire de projet à Bibliothèque et Archives Canada.

Les avantages du travail à distance profitent non seulement aux télétravailleurs eux-mêmes, mais également au travail que nous accomplissons pour les Canadiens. De nombreuses études sur le travail à distance montrent qu’il améliore la productivité et le bien-être. Restez à l’affût de notre prochain épisode pour savoir comment d’autres équipes des gouvernements fédéral et provinciaux mettent en œuvre le travail à distance et comment vous pouvez, à votre tour, tenter l’expérience dans votre propre milieu de travail.

Il paraît souvent difficile d’amorcer un changement dans notre milieu de travail; nous nous heurtons à une culture organisationnelle importante ainsi qu’à différentes croyances personnelles. Pour citer un passage du livre de Mme Sutherland, nous dirons que:

L’aspect fondamental demeure la confiance. Si je ne peux pas te voir à ton bureau, c’est que tu ne travailles pas.

Points à retenir

  • Les équipes qui travaillent à distance sont distinctes. Plusieurs pratiques sont possibles: notamment les équipes peuvent être partiellement ou entièrement distribuées, proches ou éloignées, elles peuvent travailler à domicile, de n’importe quel autre lieu ou permettre un mélange de toutes ces possibilités à la fois.
  • Les ministères et les gestionnaires peuvent mettre en œuvre des politiques sur le travail à distance à leur discrétion.
  • La grande majorité des équipes du GC n’a pas encore adopté le travail à distance.
  • La culture organisationnelle et les croyances personnelles peuvent freiner l’adoption de lapratique du travail à distance, mais il y a des équipes d’un peu partout au gouvernement du Canada qui y arrivent.
  • Le travail à distance est attrayant pour les employés en poste et les nouvelles recrues potentielles.

Apprenez-en plus sur télétravail