Busrides is in the beta phase of development. Regular site updates are made to enhance your experience!

× Success! Thank you for your feedback.

Série Innovision de FWD50 Épisode 5, partie 2 - Le parcours du gouvernement numérique du Canada

La série Innovision de FWD50 est un partenariat entre la CSPS Académie du numérique et les organisateurs de FWD50. Cet épisode est la deuxième partie d'une conversation sur le parcours numérique du gouvernement canadien.

Cette année, le Canada préside le sommet annuel des nations numériques. Dans le cadre des préparatifs du sommet et de la conférence FWD50, l'hôte Alistair Croll a organisé une conversation informelle avec l'honorable Joyce Murray, ministre du gouvernement numérique.

Lire la transcription complète ici.

Quelques extraits d'interviews et des citations :

  • [2:57] Sur le parcours du Canada - "Nous avons donc mis en place notre gouvernement en 2016 et avons commencé à consacrer des fonds importants et à porter une attention particulière à la transformation numérique. Et nous sommes partis du bon pied, avec des gens motivés qui se consacrent à ces améliorations. Alors, quelle est la prochaine étape? Eh bien, nous devons d’abord moderniser les vieilles applications et infrastructures afin d’avoir une base solide. Nous devons également créer des outils numériques pour que les Canadiens puissent accéder aux services dont ils ont besoin, c’est-à-dire des outils basés sur leurs besoins et non sur ce que le gouvernement veut leur fournir, et des outils faciles à trouver."
  • [8:02] Sur l'importance du numérique, notamment lors de la COVID-19 - "Ce qui s’est passé lors de la pandémie, c’est que nous avons accéléré de façon incroyable, en partie parce que le coût de ne pas agir rapidement était beaucoup plus élevé que d’habitude, et que les fonctionnaires étaient prêts à accepter un risque plus important, tout comme les Canadiens. Et donc, certaines des choses que nous avons mises en place ont parfaitement fonctionné dès le début. Je pense donc que les fonctionnaires ont vu qu’il est tolérable de prendre un peu plus de risques lorsque le gain est plus important. Et je ne pense pas que nous reviendrons à l’approche très prudente, lente, fondée sur l’aversion au risque, que nous avions par le passé. Je pense que cet apprentissage se sera vraiment implanté dans notre psychisme de fonctionnaires, dont je fais partie. Je suis ici pour servir le public et cela m’a certainement ouvert les yeux."
  • [12:00] Sur l'apprentissage numérique et l'évolution des mentalités - "Et je veux en voir plus, plus de formations. En fait, lorsque j’étais... au début, en tant que ministre responsable uniquement du gouvernement numérique, j’ai rejoint mon bureau du personnel nouvellement embauché à Ottawa en décembre. Et la première chose que j’ai entendue, c’est : « Nous avons suivi la formation numérique et c’était tellement enthousiasmant, ça nous a ouvert les yeux ». Je pense donc que nous devons exploiter les outils dont nous disposons, et l’École de la fonction publique du Canada est un outil important. Il y a une mentalité avec le numérique, donc c’est... dans une certaine mesure, c’est de la formation, mais d’un autre côté, le simple fait de travailler avec des gens qui ont été formés dans cette mentalité est suffisant, car c’est la mentalité de la personne qui vient en premier."
  • [16:56] Sur le partage des données et la collaboration - "Ce qui a changé, c’est que nous disposons maintenant d’une technologie qui nous permet de faire un travail encore meilleur en collaborant et en partageant des données. Mais de nombreux processus, et même des lois, empêchent le partage de ces données, dans l’idée qu’elles doivent être limitées à un ministère pour assurer leur sécurité. Nous savons qu’il existe des moyens de garantir le respect de la vie privée et la sécurité, tout en rendant les données disponibles dans tous les ministères. Nous devons donc maintenant commencer à concrétiser cela dans ce que nous faisons. Je peux citer quelques exemples liés à la COVID-19, Alistair, qui, je pense, démontrent ce genre de partage, et l’un d’eux est le Service numérique canadien créé à l’aide d’un code source ouvert; on a développé un système appelé « Avis » qui visait à ce que les ministères puissent facilement et en toute sécurité fournir des avis sur les questions clés qu’ils souhaitent aborder avec le public. Je crois qu’environ deux millions et demi d’avis ont été envoyés par le biais d’Avis, dans de très, très nombreux ministères  qui étaient clairement disposés à travailler avec le gouvernement numérique pour fournir un meilleur service aux Canadiens.
  • [30:23] Sur l'importance des principes et des normes numériques -  "Le passage à une vision où la personne est au cœur de ce qu’elle fait, je pense, joue un rôle important dans cette évolution, et c’est une nouvelle mentalité que nous devons acquérir puisque nous avons nos processus, nos équipes, et bien d’autres choses. C’est donc ce que je demande aux gens de faire, de réfléchir comme s’ils étaient un client et de penser à la façon de répondre à ses besoins, à la prestation des services qu’ils reçoivent et à sa perspective, en excluant ce qui nous convient et répond à nos propres besoins. Je pense que beaucoup de fonctionnaires [00:31:00] le font déjà. Mais il ne s’agit là que d’un élément des principes numériques. En second lieu je dirais que si vous vous engagez dans un projet informatique et que vous vous assurez d’utiliser les principes numériques, n’hésitez pas à communiquer avec notre ministère si vous avez des questions; et nous serons heureux de vous fournir un soutien, un encadrement et des conseils."

Honey Dacanay

Director, Digital Academy | Bureaucracy hacker, connector of people and ideas